L’alphabet et les sons arabes: Episode I

Aaaaaaaah, l’alphabet…

Allez, avouons-le : comme on est fier quand on sort de son premier cours d’arabe ! Bon d’accord, on ne maitrise encore rien du tout (du moins pas grand-chose) de la langue d’Averroès, mais on est capable de reconnaitre les lettres en position isolée et même… de les écrire ! Je me voyais déjà…  ♪♫♪

Passée l’euphorie des premiers instants, vient ensuite le temps des premières réflexions /questions…

Afin d’y voir un peu plus clair, voici un petit inventaire de ce nouvel alphabet réalisé grâce aux notes prises en classe, au manuel, à mes ressources personnelles ainsi qu’à divers documents et outils trouvés sur le net.

Trois questions pour commencer, le reste suivra dans les prochains articles.

1. Alphabet ?

Oui et non. A vrai dire, la langue arabe utilise ce que l’on appelle un abjad, c’est-à-dire un alphabet où on ne note que les consonnes (ou presque). Mais alors, qu’en est-il des voyelles ? Elles sont notées grâce à ce que l’on appelle des signes diacritiques (en gros, des accents).

Différence importante, donc, avec l’alphabet latin qui, lui, note les deux (consonnes et voyelles).  Bref, nouvelle gymnastique mentale en perspective (à suivre).

2. Combien de lettres en arabe ?

Les lettres, à proprement parler, sont au nombre de 28. Le scoop du jour : l’alphabet latin en comporte 26. Oui, oui, ça, on le savait déjà. Mais alors, pourquoi relever cette information ? Tout simplement pour aborder la question suivante.

3. Combien de sons puis-je produire grâce à ces 28 lettres ?

Quelle question ! 28, non ? Un chouya en plus: 30 en réalité (27 consonnes et 3 voyelles). Si l’on rajoute la hamza (lettre un peu particulière) et les signes diacritiques, 4 de plus, c’est-à-dire 34 au total (indépendamment des questions ayant trait aux notions de longueur/brièveté ou encore d’attaque, sur lesquelles je m’attarderai un peu plus tard quand j’en saurai un peu plus).

Question pour un champion à présent : combien de sons puis-je produire en français grâce aux 26 lettres de l’alphabet latin, signes diacritiques (accents, 4 au total) inclus ? Réfléchis bien, beaucoup plus que ce que tu crois : 36.

Comment ça ? Un exemple : comment écrire le son  en français ? Trois possibilités : eau (beau) – o (trop) – au (crapaud). Un autre exemple : comment reproduire le son  en français ? Cinq possibilités : in (lin) – ain (main) – ein (peinture) – im (impossible) – aim (daim). Observation n°1 : un son peut correspondre à une seule lettre ou à la combinaison de plusieurs lettres. Observation n°2 : pour produire certains sons, on est obligé de combiner plusieurs lettres car aucune ne correspond à ce son.

Mais où veut-elle en venir ? J’essaie tout simplement d’introduire une bonne nouvelle : contrairement au français, l’arabe est une langue « phonétique » : on lit ce que l’on écrit. Autrement dit, chaque lettre/signe correspond à un son ou à une combinaison sonore unique (enfin presque) et qui se lit dès lors toujours de la même manière.

La suite ? On décortique l’alphabet… (L’alphabet et les sons arabes : Episode II)

Yallah !

Publicités